Le commerce mondial du coton en bref

Clés pour comprendre le commerce mondial du coton et l'importance des contrôles de qualité et de quantité tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

Le coton a toujours occupé une place importante dans le négoce international des matières premières.

D’après le Département de l’Agriculture américain (« USDA ») et malgré les baisses prévisionnelles liées à la pandémie Covid-19, 40,6 millions de balles devraient être échangées durant la saison 2019/2020 1, ce qui sera équivalent à 8,8 millions de tonnes de coton, soit un tiers de la production mondiale.

L’Inde, la Chine, les Etats-Unis et le Brésil représentent à eux seuls les trois quarts de cette production mondiale. Dans l’ordre, les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde sont également les principaux exportateurs de la denrée.

La Chine quant à elle n’exporte pas sa production mais devrait au contraire en être le plus gros importateur (18% du total mondial). Elle sera suivie de très près par le Bangladesh (17%) et le Vietnam (16%), qui sont devenus des centres mondiaux de la production de vêtements et qui dépendent presque uniquement de leurs importations de coton pour faire tourner leur industrie textile.

La place du coton africain dans le commerce mondial

L’or blanc joue un rôle majeur dans le développement économique africain. Pour certains pays tels que le Mali, il constitue une part importante du PIB et est souvent le principal produit exporté 2.

Selon l’USDA, les pays de l’Afrique de l’Ouest (principalement le Bénin, le Mali, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso) devraient représenter environ 12% des exportations mondiales de la saison 2019/2020.

La filière africaine a un bon potentiel de croissance dans les échanges mondiaux, malgré la distance physique la séparant des principaux importateurs, ce qui implique un transport plus long, et les aléas climatiques possibles, qui ont un fort impact sur cette culture tropicale.

Premièrement, grâce au fait que la majeure partie de la production est destinée à l’exportation (près de 90% en moyenne pour les pays susmentionnés), les volumes d’exports prévus risquent peu de baisser soudainement au bénéfice d’une consommation domestique, comme cela peut par exemple 3 arriver en Inde ou en Chine par le biais de divers mécanismes économiques tels que les taxes à l’exportation.

De plus, les gouvernements de la plupart de ces pays mettent en place des conditions politiques favorables permettant d’accroitre la production en augmentant les surfaces emblavées et en améliorant la productivité, que ce soit par le biais de la technologie, de la gestion des sols et des intrants, ou encore par la formation des récoltants 4.

Enfin, le coton africain est reconnu pour sa bonne qualité : récoltée à la main, la fibre conserve mieux ses caractéristiques.

De quoi dépend la valeur du coton ?

La majorité des transactions entre vendeurs et acheteurs de coton suivent les règles édictées par la « ICA » (International Cotton Association) 5. Dans un contrat de ce type, les parties s’accordent notamment sur la quantité, la qualité et le poids de la marchandise à expédier.

Ainsi, des paramètres qui donnent une indication sur la qualité de la fibre sont spécifiés, tels que le micronaire (qui mesure la finesse et la maturité) ou encore la résistance. Selon l’usage auquel le coton acheté est destiné, la valeur de ces paramètres variera. La valeur monétaire du coton est donc directement liée aux caractéristiques de ses fibres, qui elles-mêmes dépendent de nombreux facteurs tels que des conditions de culture plus ou moins favorables.

En ce qui concerne le poids, il est intéressant de noter que selon les experts Cotecna, environ 85% du coton exporté à l’étranger est vendu sur la base de son poids net à destination (« poids net au débarquement final »), qui sera donc considéré comme poids final pour la transaction. En d’autres termes, si le poids à destination est différent du poids annoncé dans le contrat, l’une des parties devra compenser l’autre financièrement.

C’est pourquoi il est essentiel de pouvoir contrôler le poids et la qualité du coton à chaque étape de sa production et de son transport.

Suivi de la qualité et du poids du coton de son origine à sa destination : le rôle essentiel d’une société d’inspection et d’analyse.

Le rôle des sociétés tierces de services d'inspection et d'analyse («TIC») est justement de faciliter les transactions entre vendeurs et acheteurs en les aidant à respecter leurs obligations contractuelles, notamment celles liées à la qualité, la quantité et le poids du coton commercialisé.

Cotecna, en tant que société TIC indépendante et de renommée internationale, est présente dans le monde entier et propose une large gamme de services sur mesure pour vérifier le coton sous toutes ses formes - balles de coton brut, fils de coton, déchets, etc. -, de sa plantation d'origine, son stockage, son transport terrestre et maritime, jusqu'à sa destination finale.

En amont, Cotecna propose des services d'évaluation des cultures, comprenant par exemple des pronostics de maturation et de rendement, ou l'identification et l'évaluation de l'incidence des fléaux et des maladies.

Durant la récolte, les inspecteurs donnent des informations sur l'équilibre de la zone exploitée, la production réelle et la répartition du rendement estimé. Ils surveillent également les opérations d'égrenage.

Avant l'expédition du coton, ils effectuent la vérification des conditions d'entreposage et de stockage, ainsi que la surveillance des stocks. Ces opérations comprennent par exemple le contrôle des entrées et sorties de marchandises, la vérification des conditions de séparation, l'identification des produits, la vérification de la documentation et les mesures de volume.

Lorsque le coton quitte les entrepôts intérieurs vers les terminaux portuaires, les experts supervisent le chargement des camions, y compris la vérification des conditions d'emballage des balles, l'inspection des conteneurs (notamment leur étanchéité, leur propreté et leur odeur), le suivi du processus de rembourrage et le scellement des conteneurs.

Les inspecteurs supervisent également les opérations de pesage, balle par balle ou par pont-bascule, y compris la vérification des balances.

Aux ports d'origine et de destination, Cotecna supervise les opérations de chargement et de déchargement. Cela comprend la supervision de l’ouverture des scellés et du débourrage des conteneurs, ainsi que le comptage et le pesage des balles. Des géomètres expérimentés de Cotecna effectuent également des relevés des dommages et fournissent des recommandations afin de minimiser les pertes potentielles.

À chacune des étapes susmentionnées, Cotecna effectue l'échantillonnage et les analyses conformément aux normes internationales ou à toute autre exigence spécifiée. Les enquêteurs de Cotecna prélèvent des échantillons qui sont ensuite envoyés à des laboratoires accrédités. Des tests physiques et chimiques sont effectués, notamment :

  • Tests SITC (Standardization of Instrument Testing of Cotton) et HVI (High Volume Instrument) : classement normalisé du coton par instruments à haute capacité
  • Détermination du taux d’humidité
  • Détermination de la longueur de la fibre (« staple »)
  • Détermination de l’indice micronaire
  • Etc.

Toutes ces opérations visent à garantir que le coton est traité avec la plus grande intégrité, facilitant ainsi les transactions financières et les relations entre parties. Cela aide à minimiser les risques dus aux retards, aux dommages, aux allégations de perte de poids et aux conflits de qualité.

Pour plus d'informations, veuillez contacter le Centre Global du Coton de Cotecna : usacotton@cotecnausa.com

 


1 USDA, “Table 05A Cotton Supply and Distribution MY 2019/20”, April 2020 - https://apps.fas.usda.gov/psdonline/app/index.html#/app/downloads
2 AFCOT, Production de coton en Afrique, 18/06/2019 - https://afcot.org/actualites/production-de-coton-en-afrique/
3 RFI, Le Bangladesh, devenu le premier importateur mondial de coton, veut étendre ses achats de coton africain, Claire Fages, 17/04/2017 - http://www.rfi.fr/fr/emission/20170420-le-coton-africain-interesse-plus-plus-le-bangladesh
4 AFCOT, Production de coton en Afrique, 18/06/2019 - https://afcot.org/actualites/production-de-coton-en-afrique/
5 ICA Contract Form - https://www.ica-ltd.org/media/layout/documents/publications/lca_econtract.pdf